« Faut-il mâcher du chewing-gum après une césarienne?»

« Faut-il mâcher du chewing-gum après une césarienne? Une revue Cochrane »1

· Entre 15% et 50 % des femmes accouchent par césarienne, selon les pays.

· L’intestin cesse de fonctionner pendant plusieurs heures ou jours après une césarienne

Méta-analyse* publiée par la Bibliothèque Cochrane par des chercheurs brésiliens (Edna Pereira Gomas Morais et coll.,) 2 :

· incluant 17 essais contrôlés randomisés menées dans 9 pays dont 3149 femmes qui venaient d’accoucher par césarienne.

· Avec un groupe de femmes ayant mâché du chewing-gum et un second groupe ayant seulement reçu les soins classiques.

· Incluant tous les cas de figure de césariennes

· Avec des modalités d’utilisation des chewing-gums différentes : juste après la césarienne dans certaines études et jusqu’à 12 heures après dans d’autres

Les résultats de cette méta-analyse suggèrent (il ne s’agit pas encore de preuves scientifiques)

· Une réduction du temps d’hospitalisation d’environ 8 heures

· Une amélioration du confort de l’accouchée

· potentiellement réduire les coûts d’hospitalisation.

· Une intervention bien tolérée, simple, peu onéreuse, sûre et facile pour encourager précocement la reprise de la fonction intestinale

Cependant :

· Aucune étude n’a évalué la satisfaction des femmes en terme de tolérance à mâcher du chewing-gum.

· Les chercheurs suggèrent que la prise de chewing-gum dans les 24 heures suivant une césarienne encourage une reprise plus rapide du transit, cependant, des études supplémentaires sont nécessaires pour avoir de hautes preuves scientifiques.

1. http://francais.medscape.com/voirarticle/3602883

2. Cochrane Library. Pereira Gomas Morais E. et coll. Chewing gum for enhancing early recovery of bowel function after caesarean section. 17 octobre 2016

*Wikipédia : Une méta-analyse est une démarche statistique combinant les résultats d’une série d’études indépendantes sur un problème donné. La méta-analyse permet une analyse plus précise des données par l’augmentation du nombre de cas étudiés et de tirer une conclusion globale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X